Sinclair, « femme de » de l’année

Des 10 femmes françaises proposées par l’institut CSA à ses sondés, c’est Anne Sinclair qui a le plus marqué en 2011. Pas pour ses qualités de journaliste bien sûr, mais pour son absence totale de prise de parole en ce qui concerne la sale affaire dont son pervers de mari a été le héros. Quelle femme courage ! Quelle retenue ! Avant toute chose, notons qu’il est assez malhonnête intellectuellement de demander aux sondés de désigner la personnalité féminine de l’année parmi une liste arbitraire de seulement dix femmes. Mais surtout, quel genre de sondage se contente d’interroger 1005 personnes ? Ça semble un peu léger pour établir une tendance qui est depuis hier relayée par tous les médias, sans mention bien sûr de sa méthodologie.

Alors malgré le fait que ce sondage n’ait à mon sens aucune valeur, la personnalité féminine de l’année est une femme qui brille par son absence dans une histoire de procès pour viol. Classe. Plus étonnant, sur l’ensemble des sondés, ce sont les femmes qui ont le plus cité la journaliste. Compassion, voyeurisme ? C’est certainement un mélange des deux qui les a poussé à faire un tel choix. En même temps, il s’agit de seulement 251 personnes. Oui, ça fait pas lourd. Et quand on sait que figuraient dans la liste des personnalités aussi importantes à la France que Nolwenn Leroy, il y a de quoi relativiser.