« Born this way », vraiment ?

« Pour moi, c’est un choix. » Cynthia Nixon, la Miranda de Sex and the City, a créé la polémique en suggérant que l’orientation sexuelle était un choix. Interviewée pour parler de son rôle dans la pièce Wit, elle a déclaré : « J’ai fait un discours récemment, un discours d’empowerment devant un public homo, dans lequel j’avais prévu de dire “J’ai été hétéro et j’ai été lesbienne, et lesbienne c’est mieux”. On a essayé de me faire changer ce passage parce que cela impliquait que l’homosexualité pouvait être un choix. Et pour moi, c’est un choix ! Je comprends que pour beaucoup de gens ce n’en soit pas un, mais pour moi c’est un choix, et personne ne peut définir ma propre homosexualité à ma place. » Après avoir vécu cinq années avec un homme, Cynthia Nixon est, depuis 2004, en couple avec une femme avec laquelle elle a un petit garçon. L’actrice est régulièrement sollicitée pour réagir sur les questions LGBT, mais sur cette intervention là, peu sont ceux qui la suivent.

Quand on nous matraque avec Lady Gaga et son « Born this way », résolument convaincu que l’orientation sexuelle est une question de nature, personne ne se pose la question. Là où l’intervention de Cynthia Nixon pose problème à bon nombres d’homos, c’est qu’elle tend à légitimer les arguments moyen-âgeux des anti-homos : si on part du principe qu’on a choisi d’être homo, on peut tout à fait choisir de devenir hétéro.

Or dans le cas de Cynthia Nixon, le point sensible est bien là : elle n’est pas homosexuelle mais bien bisexuelle (bien qu’elle ait dit détester ce terme), on peut donc comprendre qu’il s’agisse pour elle d’un choix. De la même manière, on peut comprendre sa position si l’on considère que le choix réside dans le fait d’accepter ou non, de vivre ou non, son homosexualité. Quantité de personnes continuent de se « forcer » à être hétéro tout simplement parce que c’est moins compliqué à bien des égards… A l’inverse, voir en l’orientation sexuelle une histoire de biologie semble tout aussi dangereux : alors qu’on trouve encore des personnes qui pensent que l’homosexualité est une sorte de maladie, c’est un moyen de plus pour les anti-homos de stigmatiser toute cette partie de la population qui les dérange.

Pour ma part, je considère que chacun n’est ni strictement homo, ni strictement hétéro. Les circonstances ont plus d’impact sur nos sexualités que nos soit disant prédispositions génétiques, et même plus à mon sens que notre bagage culturel. Invitée du Grand Journal hier soir, Christine Boutin a quant à elle donné raison au « Born this way » : « Chacun fait comme il peut. Et je n’ai pas dit comme il veut », a-t-elle clamé alors qu’on la titillait au sujet de l’homosexualité. Bon, ça m’aura au moins permis de trouver un point commun entre Lady Gaga et la candidate du parti chrétien-démocrate, et Dieu sait que c’était pas gagné.