Un implant dans le bras et tais-toi

Neuf écoles publiques de Southampton (Grande-Bretagne) sont au centre d’un scandale qui a mis du temps à éclater. Entre 2007 et 2009, 1700 jeunes filles de 13 à 14 ans auraient subi une micro-intervention pour recevoir un implant contraceptif… Le tout, sans que leurs parents n’aient à aucun moment été informés. Le but de l’opération : réduire le taux de grossesses chez les mineures, spectaculaire en Grande-Bretagne, de 22% en deux ans.

Pour atteindre l’objectif du gouvernement, on dirait qu’il n’y avait pas de place pour l’intérêt des gamines dans le programme : rentabilité avant tout ! Les écoles ont donc fait au plus simple : à peine informées des solutions contraceptives existantes et du mode de fonctionnement de l’implant, les jeunes filles ont simplement signé une décharge pour signaler leur approbation, sans qu’aucun entretien n’ait été requis ni auprès des parents, ni auprès du médecin traitant.

Mettre en place des campagnes vastes pour informer les ados sur la contraception et les pratiques à risques, c’est une nécessité. Leur permettre d’avoir accès anonymement et gratuitement à la contraception qui leur convient, aussi. Mais de là à poser des implants à la chaîne dans les bras de très jeunes filles à peine informées… Ça ressemble plus à de la stérilisation à la SPA.