Mécanique des dessous

Les arts décoratifs de Paris mettent les dessous à l’honneur dans un strip-tease historique à voir absolument. Il ne vous reste plus que quelques jours pour découvrir La Mécanique des dessous, cette expo qui met en scène les artifices utilisés par les femmes – mais aussi les hommes – pour sculpter leur silhouette au gré des diktats successifs. Les dessous serrent les tailles, gonflent les braguettes, font pigeonner les gorges, exacerbent les popotins. On voit les modes changer, et les corps s’y adapter. Les poitrines sont tout à tour rehaussées, aplaties, comprimées, les tailles serrées jusqu’à l’évanouissement, sans jamais atteindre le douloureux objectif de perfection. La fête du slip se poursuit sur le très contemporain push-up, témoin de l’injonction au gros sein bombé défiant les lois de la gravité depuis les années 90.

Au premier niveau de l’exposition, on peut essayer des reproductions des instruments de torture d’époque. Et je vous prie de croire qu’on n’a pas la même démarche quand on est engoncée dans un corset surmonté d’une crinoline géante (avec des Doc aux pieds, je vous laisse imaginer le tableau). A l’étage, une rangée de mannequins nous montre les silhouettes « idéales » pour lesquelles les femmes se sont successivement fait suer. Au bout de la ligne, notre obsession contemporaine : grande, mince, potrine haute et petit cul, athlétique mais pas trop. La boucle est bouclée.

La mécanique des dessous

« Une histoire indiscrète de la silhouette »
Jusqu’au 24 novembre 2013 au musée des Arts Décoratifs
107, rue de Rivoli 75001 Paris