Déclaration des droits des filles (et des garçons)

Dans le billet du 1er février sur la « théorie du genre », j’ai essayé d’expliquer simplement la notion de genre, mais visiblement il en fallait bien peu pour exciter les esprits conservateurs puisque j’ai reçu une quantité de mots doux sans précédent. On m’a dit, dans le désordre, que je faisais « la promotion de la pédophilie », que j’étais une « sale gouine mal baisée », une « salope de bourgeoise », un « tyran en talons qui oeuvre pour la disparition des hommes », et on m’a rappelé trois fois que ma place était dans la cuisine.

Mais comme je ne suis pas du genre rancunier, c’est avec une pensée émue pour toutes ces missives teintés de bienveillance que j’écris ces lignes. Oui, j’ai envie de faire plaisir à tout le monde aujourd’hui, c’est fini les conneries, le genre, l’égalité, tout ça. Aujourd’hui je vous parle de quelque chose qui va faire frétiller vos idées courtes : le site de rencontre Lovoo a mené une enquête très très sérieuse auprès d’un panel de 2000 hommes sur leur conception de la femme idéale. Et vous savez quoi ? La femme idéale est une petite dame avec des gros seins, qui s’habille sexy, fait preuve de discrétion en public tout en étant une chienne au lit. Vous voyez, c’est génial, les stéréotypes sont toujours d’actualité ! Vous êtes rassurés ? Voilà qui est trop super.

Maintenant que tout le monde est calmé, laissez-moi vous parler de deux livres que je vous recommande chaudement : « La déclaration des droits des filles » et celle des garçons, aux éditions Talents Hauts – la maison d’édition de livres pour enfants la plus créative et intelligente du moment. Parce que les filles, comme les garçons, ont le droit d’être débraillées, ébouriffées, agitées, de grimper aux arbres, de choisir le métier qu’elles veulent, de se mettre en colère, d’être fortes en maths et pas géniales en français, de ne pas être des princesses tous les jours, et d’aimer qui elles préfèrent : garçon ou fille (ou les deux).

Attention, ces ouvrages contiennent des messages progressistes susceptibles de heurter la sensibilité des adultes dont la morale est restée bloquée au Moyen-âge.

La déclaration des droits des filles ; La déclaration des droits des garçons

Par Élisabeth Brami et Estelle Billon-Spagnol, aux éditions Talents Hauts, soutenus par Amnesty International
En librairies le 6 mars, 11,90€.