Pub sexiste du jour, bonjour ! #13

Quoi de pire qu’une bande de publicitaires qui essaye d’utiliser le levier de la condition féminine pour se vautrer plus encore que les autres dans le sexisme ? Dans la dernière pub pour ses plats micro-ondables, Marie a joué la carte de la complicité avec les femmes, ces êtres sensibles tiraillés entre leurs fonctions d’épouses, de mères, d’amantes et de travailleuses. Ca part d’un bon sentiment et ça rappelle sacrément la dernière comédie girly-complaisante avec Sarah Jessica Parker, Mais comment font les femmes (I don’t know how she does it, en VO).

La stratégie est classique : montrer aux femmes qu’on les comprend, qu’être une femme moderne qui doit jongler avec toutes ces casquettes, on sait, c’est pas si facile. La connivence est jouée à fond, on évoque l’injonction des femmes à « être épanouie[s] au travail, être toujours belle[s] et séduisante[s], et tout ce qu’on attend [d’elles] chaque jour » avec un ton compatissant. Mais c’est à la fin de la pub que ça se gâte en beauté : Marie se demande comment il peut nous rester assez d’énergie… « Pour leur préparer un bon repas ». Faudrait quand même pas oublier notre fonction première !

Grâce à Marie et ses petits plats, les femmes peuvent donc continuer à être les seules à s’occuper des tâches ménagères de leur foyer. N’est ce pas formidable ? Il ne manque plus qu’un plan sur la femme moderne coupant la viande de son mec et ajustant son bavoir en lui donnant une petite tape sur la tête avant de partir pour qu’on comprenne bien le message : oui, madame, tu as le droit de vivre avec ton siècle, mais il faut quand même que tu fasses la popote si tu veux t’accorder une soirée entre gonzesses tous les 36 du mois. Et toi, monsieur, tu es non seulement incapable de t’occuper de ta marmaille, mais en plus, mettre une barquette dans le micro-ondes et appuyer sur un bouton est bien au dessus de tes compétences. C’est beau, la modernité.