Tube Crush : l’égalité par le bas

Viens là que je te prenne en photo à ton insu et que je poste le cliché sur les Internets… En avril, une page Facebook créait la polémique en Grande-Bretagne.  « Women Who Eat On Tubes » proposait de photographier des passagères du métro en train de manger, provoquant des réactions légitimement exaspérées des victimes, dans l’incapacité de supprimer les clichés pris à la sauvette et diffusées auprès de plus de 31000 abonnés. Si la chose se passait en France, elles auraient le droit de se plaindre : le droit à l’image obligerait le photographe à leur demander une autorisation. Mais en Angleterre, que nenni.

C’est la raison pour laquelle l’heure de la revanche a sonné. Il existe désormais un site qui rend la pareille aux hommes. Ben oui, tant qu’à faire, autant être aussi stupides que ceux que l’Angleterre traitait de pervers il y a deux mois de ça. Ca s’appelle « Tube Crush » (« Coup de coeur dans le métro »), histoire de planter le décor d’une initiative qui ne veut taper ni dans le voyeurisme ni dans l’objectification. Mais n’empêche que c’est pareil : les hommes y sont pris en photo à leur insu, et pour peu qu’ils se grattent les fesses à ce moment là, ne sont pas à l’abri de se traîner une casserole 2.0 à laquelle les internautes sont, en plus, invitées à attribuer une note. Seule différence notoire avec la version « casse-croute » : ces messieurs ont le droit de demander le retrait de la photo… Pour peu qu’ils tombent un jour dessus.

Pour pousser la bête réaction « oeil pour oeil, dent pour dent », les anglaises inventeront peut-être bientôt Paquetmoulé.co.uk, histoire de répondre aux types qui vous glissent le portable sous la jupe en loucedé dans le métro ? L’égalité par le bas, vraiment, ça fait rêver.