Donnez votre sang ! Ah oui mais non, pas vous.

En ce moment, l’Etablissement français du sang est en campagne pour recruter de nouveaux donneurs. Il n’enregistre cet été pas suffisamment de dons, comme chaque année à la même période, et le nombre de donneur est même en baisse. Incroyable ironie du sort : actuellement, le droit français exclue du don de sang, de manière permanente, les hommes qui ont eu ou ont des rapports homosexuels. Cela étant basé sur du déclaratif, et tous les échantillons de sang étant bien évidemment analysés avant d’être utilisés. Je consacrais en 2010 un article à cette règle du jeu archaïque, insultante et anti-constitutionnelle, et les choses n’ont pas bougé depuis. En avril 2011, un amendement PS demandait la suppression de cette règle absurde. Le Sénat l’a rejeté.

Aujourd’hui, on apprend que l’avocat général de la Cour de justice européenne se positionne contre cette exclusion. « Le seul fait pour un homme d’avoir eu ou d’avoir des rapports sexuels avec un autre homme ne constitue pas un comportement sexuel qui justifierait l’exclusion permanente d’un tel homme du don de sang », explique-t-il. « Les États membres peuvent maintenir ou établir des mesures de protection plus strictes que celles édictées dans la directive », mais leur liberté « s’arrête dès que le respect (…) des droits et libertés fondamentaux est menacé. » La Cour de justice de l’Union Européenne doit se prononcer jeudi sur la durée d’exclusion des homosexuels du don du sang : sera-t-elle définitive ou temporaire ? Gros suspens pour un concept qui alimente dans le même temps une série de stéréotypes centenaires.