Faites-moi un joli sourire, voilà, gentille fille.

« Bah alors mademoiselle, faut pas faire la gueule ! Allez, faites moi un petit sourire, vous serez mignonne. »Si vous êtes une femme et que vous vous êtes déjà aventurée dans un lieu public (coquine !), il y a de fortes chances pour qu’un passant vous ai déjà invitée à le gratifier d’un beau sourire. Eh oui, avec ces conneries de féminisme on aurait presque tendance à occulter l’utilité toute particulière de notre présence dans l’espace public : nous sommes là pour émerveiller les passants par notre grâce de princesse Disney. Et d’oublier dans la foulée que faire la gueule est la meilleure manière de faillir à notre rôle de petites choses fragiles et agréables à regarder qui décorent les rues comme des jardinières bien fleuries.

Alors, pour tous ces jours où vous ne parvenez pas à minauder pour le plaisir des inconnus, il existe une solution : le « Smile bitch training camp ». La comédienne new-yorkaise Janelle James s’est associée à la réalisatrice Laura Prangley pour cette vidéo de promotion d’un cours factice qui vous aidera, pas à pas, à « sourire comme une psychopathe en permanence. »

Si la vidéo, qui a été visionnée près de 280 000 fois depuis le 5 août, est réjouissante, on regrette juste que les harceleurs soient encore et toujours campés par des stéréotypes de caïds (noirs, bien sûr). La dernière fois qu’on m’a bloquée dans la rue pour quémander un « joli sourire », la demande venait d’un quinquagénaire propre sur lui adepte des indices 50, qui ne se remettrait jamais en question s’il voyait ce clip.

Voir aussi

Mon article sur le harcèlement de rue, entre Paris et New-York, avec un point sur la stigmatisation raciale dans les initiatives de sensibilisation : ici.