Pubs sexistes du jour, bonjour ! #16

Au programme, des femmes-objets qui s’intègrent vachement bien au décor, des dévergondées qui ont besoin de gentlemen pour leur apprendre les bonnes manières et un bouquet de fleurs aux propriétés magiques.

Les hommes skatent, les femmes-objets

En voulant se la jouer chic pour l’Officiel Hommes, Nowness a commis une vidéo qui me replonge dans les méandres de ma période skate. Oui, cette grande époque de ma vie d’ado, atterrée que j’étais de constater que la place des filles était plus appréciée autour du bowl à faire les pépettes pour attirer l’attention des jeunes loups concentrés sur leur ollie, qu’à perfectionner le leur. Grande époque donc, qui visiblement n’est pas révolue : dans cette vidéo à l’esthétique ultra chiadée, les mecs sur-sapés sillonnent les rues d’un New York en carton avec la même nonchalance que mes potes de l’époque, entourés de mannequins de 20 cm plus grandes qu’eux, en plein défilé de lingerie. Elles sont belles, elles sont bonnes, elles font partie du décor et flattent les égos déjà bien gonflés de ces ados de trente ans. Tout est normal. Sans rancune (presque), on garde la bande-son parfaite : The Chauffeur de Duran Duran.

Tiens-toi droite et ferme la bouche

Quand un blog qui parle de style aux hommes réalise une vidéo de promotion pour fêter son sixième printemps, ça donne « Ladies », un condensé de condescendance bienveillante. « Voilà à quoi ressembleraient les femmes sans des gentlemen comme nous« , nous dit Parisian Gentleman. Sans l’aide de ces élégants messieurs aux idées courtes, donc, les femmes pèteraient dans leur bain, cracheraient dans les lobbies des hôtels, se crameraient aux UV, se bagarreraient dans la rue et vomiraient partout. Merci, vraiment, de nous remettre dans le droit chemin, en prétextant vous soucier du vôtre. Ma grand-mère se gausserait certainement devant cette bonne plaisanterie, avant de replonger dans son manuel des bonnes manières.

Tu donnes, tu reçois

Tele flora, l’équivalent US d’Interflora, a essayé de vous faire passer un message, messieurs, dans une campagne de pub lancée à l’occasion de la Saint Valentin qui n’était pas encore arrivée jusqu’à mes yeux. On y voit une Adriana Lima en forme de bombe atomique, qui explique en ajustant ses bas qu’en vous fendant d’un bouquet de fleurs, vous avez l’assurance que la demoiselle à qui vous l’offrez vous gratifie d’une rétribution. Un bouquet de fleurs contre une bonne pipe ? Ce n’est pas dit comme ça, attention, on est distingué chez Tele Flora. La vraie question qui reste en suspends, ici, c’est : peut-on adresser une réclamation à la marque si la zouz a daigné ne pas tomber la culotte ?