Riot Grrrl collection

Une archiviste américaine a recueilli des centaines de trésors du mouvement Riot Grrrl et en a fait un bouquin jubilatoire.

1990 dans la petite ville d’Olympia (état de Washington). La scène indé est dominée par le punk hardcore, ses mosh pits et sa testostérone. Sur scène, que des hommes. Kathleen Hanna, grande pote d’un Kurt Cobain alors inconnu, lance un fanzine avec trois potes : Bikini Kill. Il devient très vite un groupe de punk. Elles chantent en soutif, crient des slogans féministes et invitent les filles à venir danser devant la scène. A leurs côtés pour prêcher la parole féministe sur du son crade, les groupes Bratmobile et Sleater-Kinney. Le nom de cette scène féminine contestataire apparaitra après les émeutes de Washington en 91. « This summer’s going to be a girl riot », écrit Jen Smith, du groupe Bratmobile, dans un de ses fanzines. Il en restera deux mots : Riot Grrrl. Bien plus que des concerts et des EP, c’est une culture et des outils de libération qui restent de cette période, et qui participeront à donner au mouvement féministe sa troisième vague.

 

Lisa Darms sort diplômée de l’université d’Evergreen en 92. Un an après Kathleen Hanna. Témoin de la naissance du mouvement, elle devenient archiviste et recueille des centaines de fanzines, posters, correspondances, photos et enregistrements retraçant son histoire. Parmi ses archives, cette énorme caisse recouverte de stickers que Kathleen Hanna utilisait pour stocker ses disques et emportait avec elle en tournée. De tous ces trésors, Lisa Darms fait un bouquin, The Riot Grrrl Collection. « Le punk était incapable d’étendre son modèle d’empowerment DIY aux femmes », se souvient-elle dans un billet sur le site Paris Review. « Le Riot Grrrl les a encouragé à monter leurs propres groupes, à auto-éditer leurs histoires et leurs plans révolutionnaires dans des fanzines, à bâtir des espaces safe en dépit de la misogynie. »

Ce livre merveilleux est une plongée dans la naissance et la construction d’un mouvement révolutionnaire et joyeux. Qui vous donnera envie de réécouter Rebel Girl (Bikini Kill), de danser à poil et de préparer une révolution.

The Riot Grrrl Collection

Edité et préfacé par Lisa Darms
Aux éditions The Feminist Press (ce qui veut dire qu’en achetant ce livre, vous aidez une ONG qui milite pour les droits des femmes)
32,92€, ici.

Voir aussi

L’excellent Riot Grrrl : Revolution Girl Style Now !, de Nadine Monem ; et le tout aussi excellent Girls to the Front : The True Story of the Riot Grrrl Revolution, de Sara Marcus.