Le web s’enflamme depuis quelques jours sur un chiffre effrayant : la moitié des britanniques ne sait pas localiser son vagin. On n’a pas posé la question à des jeunes filles, le panel courait de 26 à 35 ans. Sur un schéma comme celui ci-dessous, on leur a demandé de placer cinq zones pouvant être touchées par un cancer gynécologique

En ce moment, l’Etablissement français du sang est en campagne pour recruter de nouveaux donneurs. Il n’enregistre cet été pas suffisamment de dons, comme chaque année à la même période, et le nombre de donneur est même en baisse. Incroyable ironie du sort : actuellement, le droit français exclue du don de sang, de manière permanente, les hommes qui ont eu ou ont des rapports homosexuels.

Quoi de pire qu’une bande de publicitaires qui essaye d’utiliser le levier de la condition féminine pour se vautrer plus encore que les autres dans le sexisme ? Dans la dernière pub pour ses plats micro-ondables, Marie a joué la carte de la complicité avec les femmes, ces êtres sensibles tiraillés entre leurs fonctions d’épouses, de mères, d’amantes et de travailleuses.

Vous vous souvenez du best-seller Les hommes viennent de Mars, les femmes viennent de Vénus ? Quand j’ai commencé à m’intéresser à la place des femmes dans la société et que j’ai décrété, avec beaucoup d’aplomb mais bien peu de documentation, que j’étais féministe – j’avais 14 ans -, on m’a offert cet immonde bouquin qui avait fait les choux gras des libraires en 92.