En 1963, l’écrivaine américaine Betty Friedan exposait au monde ce qu’elle appelait “le problème sans nom”* : la pression, pesant sur les femmes, à être épanouies dans leurs seuls rôles d’épouses et de mères. Cinquante ans plus tard, notre problème n’a toujours pas de nom, mais s’est complexifié : la pression qui pèse sur les femmes est celle de tout avoir, tout conjuguer.

Célébrons celle qui s’est bagarrée pour nos droits à toutes. Madame Simone Veil, et avec elle toutes les grandes dames qui ont combattu seules, sur des ring hostiles, pour que nous puissions aujourd’hui, toutes, revendiquer nos libertés. Jouir de droits qui pour un peu, sembleraient acquis, gravés, à nous pour toujours. Mais ne nous contentons pas de les acclamer.

Qu’est ce que ça veut dire, “être une femme”? Avoir un utérus, porter du maquillage ? Non. C’est davantage un vécu, une expérience commune. Une place dans le monde. En prêtant l’oreille au témoignage d’autres femmes, qu’elles nous ressemblent ou soient à l’opposé de nous, on s’approche de la réponse. C’est l’ambition de la rubrique Relationship Status, collection de témoignages intimes de femmes sur leur identité.

A travers mon travail de journaliste, je rencontre chaque jour des femmes inspirantes, intelligentes, superbes, puissantes, qui se confient à moi sur leur cheminement vers l’émancipation. Ces échanges sont vivifiants et doux – je suis convaincue que nous bénéficions toutes et tous de prêter attention au témoignage d’autres femmes, qu’elles nous rappellent nous-mêmes ou soient à l’opposé exact de notre trajectoire personnelle. Je lance donc une nouvelle rubrique : Relationship Status. Une collection de témoignages axés sur la relation que nous entretenons avec certaines des composantes de notre identité.