Certes, nous sommes pile entre les deux tours de la présidentielle. Certes, il y a des sujets plus sérieux à traiter que ces vulgaires affaires de bonne femme, mais quand même, la question mérite d’être posée : est-ce qu’on nous imposerait pas un tout petit peu le vichy, ces derniers temps ?