En 1963, l’écrivaine américaine Betty Friedan exposait au monde ce qu’elle appelait “le problème sans nom”* : la pression, pesant sur les femmes, à être épanouies dans leurs seuls rôles d’épouses et de mères. Cinquante ans plus tard, notre problème n’a toujours pas de nom, mais s’est complexifié : la pression qui pèse sur les femmes est celle de tout avoir, tout conjuguer.

Célébrons celle qui s’est bagarrée pour nos droits à toutes. Madame Simone Veil, et avec elle toutes les grandes dames qui ont combattu seules, sur des ring hostiles, pour que nous puissions aujourd’hui, toutes, revendiquer nos libertés. Jouir de droits qui pour un peu, sembleraient acquis, gravés, à nous pour toujours. Mais ne nous contentons pas de les acclamer.


« Un abécédaire du féminisme à glisser entre toutes les mains. » – Cheek Magazine

« Vous vous dites qu’un dictionnaire du féminisme contemporain, ça va être au mieux ennuyeux, au pire déprimant, mais pas du tout. Non seulement j’ai gloussé à chaque page, mais j’ai appris des concepts. C’est la lecture d’utilité publique du moment. » – GQ

« Pour initier les novices et mettre à jour les militantes, […] un abécédaire drôle et pointu. » – Elle

Qu’est ce que ça veut dire, “être une femme”? Avoir un utérus, porter du maquillage ? Non. C’est davantage un vécu, une expérience commune. Une place dans le monde. En prêtant l’oreille au témoignage d’autres femmes, qu’elles nous ressemblent ou soient à l’opposé de nous, on s’approche de la réponse. C’est l’ambition de la rubrique Relationship Status, collection de témoignages intimes de femmes sur leur identité.

La femme parfaite est suffisamment petite pour être facilement dépassée d’au moins une tête – elle a besoin d’être protégée ; suffisamment grande, toutefois, pour que sa hauteur au garrot en fasse une jolie bête de compétition. La femme parfaite est suffisamment jeune pour que sa peau présente une élasticité optimale et qu’aucune ride ne vienne entacher sa joliesse ; suffisamment âgée, toutefois, pour ne pas être une de ces gamines sans saveur.

Aujourd’hui, c’est la journée mondiale de l’orgasme… Mais c’est aussi (heureux hasard) le jour de parution du flamboyant hors-série Causette dédié au clitoris, que je suis très fière d’avoir co-piloté. Voici donc, en guise d’avant-goût de ces 100 belles pages, un Courrier du cul spécial bouton de rose. Il revient souvent, dans vos lettres, cet organe parfois difficile à géolocaliser, souvent compliqué à flatter.