La femme parfaite est suffisamment petite pour être facilement dépassée d’au moins une tête – elle a besoin d’être protégée ; suffisamment grande, toutefois, pour que sa hauteur au garrot en fasse une jolie bête de compétition. La femme parfaite est suffisamment jeune pour que sa peau présente une élasticité optimale et qu’aucune ride ne vienne entacher sa joliesse ; suffisamment âgée, toutefois, pour ne pas être une de ces gamines sans saveur.

Aujourd’hui, c’est la journée mondiale de l’orgasme… Mais c’est aussi (heureux hasard) le jour de parution du flamboyant hors-série Causette dédié au clitoris, que je suis très fière d’avoir co-piloté. Voici donc, en guise d’avant-goût de ces 100 belles pages, un Courrier du cul spécial bouton de rose. Il revient souvent, dans vos lettres, cet organe parfois difficile à géolocaliser, souvent compliqué à flatter.

A travers mon travail de journaliste, je rencontre chaque jour des femmes inspirantes, intelligentes, superbes, puissantes, qui se confient à moi sur leur cheminement vers l’émancipation. Ces échanges sont vivifiants et doux – je suis convaincue que nous bénéficions toutes et tous de prêter attention au témoignage d’autres femmes, qu’elles nous rappellent nous-mêmes ou soient à l’opposé exact de notre trajectoire personnelle. Je lance donc une nouvelle rubrique : Relationship Status. Une collection de témoignages axés sur la relation que nous entretenons avec certaines des composantes de notre identité.